Le trouble de traitement auditif

Le trouble de traitement auditif

Qu’est-ce que le trouble de traitement auditif?

Les habiletés de traitement auditif représentent l’analyse que fait notre système auditif central (notre cerveau) des signaux auditifs qu’il perçoit «que fait-on de ce que l’on entend»3 ? En ce sens, entendre n’est pas nécessairement comprendre. Détecter les sons représente la première étape d’une série d’analyses qui sont essentielles pour la compréhension de la parole. Nous devons ensuite reconnaître et comprendre la parole et les bruits de l’environnement. Le trouble de traitement auditif est donc une incapacité à analyser correctement les sons entendus.

Il est estimé qu’entre 2 et 3% des enfants seraient touchés par le trouble de traitement auditif (TTA)2. Ce trouble était anciennement connu sous le nom de «trouble d’audition centrale». Il peut être acquis et donc résulter d’un événement particulier. Celui-ci peut ainsi faire suite à différentes conditions (Ex. : accident vasculaire cérébral (AVC), traumatisme crânio-cérébral (TCC), détérioration neurologique liée à l’âge, etc.). Il peut aussi être présent dès l’enfance, sans cause apparente. Dans ce cas, on parle alors d’un trouble de traitement auditif développemental.

 

Quels sont les manifestations du trouble de traitement auditif ?

Selon un rapport produit par l’American Speech-Language-Hearing Association (ASHA), un enfant qui présente des difficultés de traitement auditif pourrait. :

  • Éprouver des difficultés à comprendre la parole en présence de bruit compétitif, lorsque plusieurs personnes parlent en même temps ou dans un milieu réverbérant (écho).
  • Faire souvent répéter, dire fréquemment Hein? ou Quoi?.
  • Présenter un certain délai avant de répondre.
  • Éprouver des difficultés à porter attention au message verbal et/ou être facilement distrait.
  • Éprouver des difficultés à suivre des consignes multiples communiquées oralement.
  • Répondre de manière inappropriée.
  • Éprouver des difficultés à localiser la provenance des sons.
  • Éprouver des difficultés à apprendre des chansons ou des comptines.
  • Présenter de pauvres habiletés en musique et/ou en chant.
  • Présenter des problèmes d’apprentissage.

 

Comment évalue-t-on la présence d’un trouble de traitement auditif?

D’abord, l’évaluation des habiletés de traitement auditif se fait sur la base de l’observation des manifestations décrites ci-haut. Ainsi, l’audiologiste récolte de l’information concernant le traitement auditif dans les différents milieux de vie de l’enfant (maison, milieu scolaire, activités parascolaires, etc.). Aussi, l’audiologiste réalisera des tests spécialisés en cabine insonorisée. Ces tests sont normés pour que le professionnel puisse conclure à la présence d’un touble de traitement auditif.

Il est fréquent que le TTA coexiste avec d’autres problématiques. Par exemple, il est possible de présenter aussi des difficultés de langage, des difficultés attentionnelles ou des difficultés d’apprentissage. Puisqu’un même symptôme pourrait aussi être associé à plus d’un trouble, la conclusion de TTA doit être posée avec prudence. Le professionnel doit prendre en considération le portrait global de l’enfant ainsi que les résultats obtenus aux tests normés.

Il est possible d’évaluer les habiletés de traitement auditif dès l’âge de 7 ans. Dans l’éventualité où des difficultés seraient relevées, un programme de réadaptation ciblé visant les lacunes de l’enfant peut être entrepris avec l’audiologiste. En effet, cette réadaptation visera l’amélioration des habiletés auditives ou la compensation des difficultés vécues. Divers moyens permettent cette réadaptation : sensibilisation, utilisation d’aides techniques, aménagement de l’environnement acoustique, etc.

Lorsque vous suspectez la présence d’un trouble de traitement auditif chez votre enfant, consultez un audiologiste pour une évaluation complète. En cas de doute, vous pouvez également en discuter avec les divers professionnels gravitant autour de votre enfant (Ex. : orthopédagogue, orthophoniste, psychologue, neuropsychologue, etc.).

 

Auteure :

Catherine Bordeleau, MPA, Audiologiste

 

Références

1American Speech-Language-Hearing Association. (2005). (Central) Auditory Processing Disorders [Technical Report]. Repéré à www.asha.org/policy.
2 Chermak, G. & Musiek, F. (1997). Central Auditory Processing Disorders: New Perspectives. San Diego, CA: Singular Publishing Group.
3
Katz, J., Stecker, N.A., & Henderson, D. (1992). Introduction to Central Auditory Processing. In J. Katz, N.A. Stecker & D. Henderson (Eds.), Central Auditory Processing: A Transdisciplinary View (pp. 3-8). St. Louis: Mosby Year Book, Inc.

 

 

contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.